SB

Chacobo


Le Chácobo est une langue parlée par la population issue de l’éthnie amérindienne « Chácobo tribu » située dans le département de Beni. Les tribus se trouvent près d’Alto Ivon et le fleuve Medio, Benicito y Yato.

Histoire

Les Chácobo constituent le peuple le plus au sud de la grande famille linguistique Panoane, très présente au Pérou et au Brésil. La première exactitude quant à son existence vient d’Augustin Palacios, qui les situe pour la première fois, autour du lac Rogaguado.  Ils ne participèrent pas à l’extraction de la gomme bien qu’elle affecta leur milieu de vie, les Chácobo préféraient se retirer dans les lieux inaccessibles près des fleuves Yata y Benicito. Les missionnaires jésuites et franciscains ne les ont jamais côtoyé, cependant, de 1952 à 1960, le Mouvement Nacionaliste Revolucionaire (MNR) réunis les groupes Chakobo dans un noyau indigène appelé « Ñuflo de Chávez ». A partir de 1955, les missionnaires évangéliques de l’Institut Linguistique d’été (ILV) s’installent aux alentours du Port Limones, d’où ils commencèrent à réunir los chakobos dans deux centres : celui d’Alto Ivon et celui de Californie, continuant à les concentrer jusqu’en 1965. Cette même année, l’ILV réussit à obtenir du gouvernement du général barrientos une réserve dédiée aux indigènes de 45.000 hectares, dans laquelle ils incorporèrent quelques familles du peuple Pakawara. Quand ILV partit du pays, se formait alors une nouvelle mission pour la tribu Chácobo qui avait pour objectif la sédentarisation s’accompagnant de changements culturels et économiques.

Culture

Les chàcobos ont gardé des éléments  typiques  de la culture panoane et de l’ouest de l’Amazonie : des villages composés de grandes habitations communes (maloca), une alimentation végétale basée sur : le manioc (originaire du bassin amazonien) , la banane, ainsi qu’une importance cruciale pour le maïs. Ils utilisaient le tabac plus que l’ayahuasca (plante hallucinogène issue de lianes) utilisée par les chamanes pour ses capacités curatrices.

Economie

Ils pratiquent la chasse, la pêche, la cueillette et une agriculture de subsistance. Ils récoltent aussi la noix du Brésil, et les cœurs de palmier ce qui leur assure des rentrées d’argent.

Habitat

Leur zone d’habitat est caractérisée pour sa grande végétation avec des lianes, des herbes de la pampa et de nombreuses plaines. Une abondante variété de faune et flore complètent cette zone.

Langue

Le chácobo est une langue panoane parlée en Bolivie, dans le département de Beni, le long des rivières Ivon, Yata et Benicio par 1 000 Chácobo. Une langue panoane est une famille de langues amérindiennes d’Amérique du Sud, parlées en Amazonie dans l’Ouest du Pérou et au Brésil.

Cette famille est une des deux branches des langues pano-tacananes avec les langues tacananes. Ainsi, le chácobo est formé de syllabes simples avec des mots se terminant généralement par des voyelles.  Les déclinaisons se réalisent par le moyen de suffixe et les formes possessives à travers les préfixes. Pour la conjugaison, les pronoms sont personnels et se convertissent parfois aussi en préfixe.

Chii – feu

huisruhuaina – pluie

jinni –eau

mai – terre

oriquiti – nourriture

osse – lune

rsepo – chichi

rsiqui – maïs

vari – soleil

vistima – étoile