SB

Ese Ejja


Histoire

La présence au XXème siècle de la population Ese Ejja était concentrée sur la frontière du Pérou avec la Bolivie. Les premiers contacts avec le monde occidental apparaissent durant la première décennie du XXème siècle. Ils se sont établis davantage quand quelques expéditions de scientifiques naturalistes et militaires sont apparues ; elles cherchaient à explorer cette frontière amazonienne. A la fin de la seconde décennie du XXème siècle, les franciscains persuadèrent un groupe d’ Ese Ejja à faire partie d’une mission près du port Maldonado (Pérou). De ce fait, ce fut le commencement d’une relation permanente entre los Ese Ejja et l’occident. Malheureusement, ses grands flux migratoires entrainèrent une drastique chute démographique dues aux épidémies et différentes maladies.

Les caractéristiques de sa culture et de son organisation continuèrent de perdurer jusqu’aux années 50, où elles commencèrent à se modifier à cause de l’influence des missionnaires de l’Institut Linguistique d’été (ILV ou SIL en anglais).

Actuellement les trois communautés d’Ese Ejja, forment partie des récents processus initiés par les organisations indigènes de cette région : la reconnaissance de ses territoires, l’éducation, l’amélioration et niveau de vie et de ses conditions restent les principaux objectifs.

Habitat

L’espace territorial qu’occupe le peuple indigène se caractérise par une végétation humide, propre de sa région subtropicale. On y trouve des forêts et terrains naturels propices pour un usage agricole, d’élevage et de pêche. Ils cultivent aussi le riz, le manioc, le maïs, la banane, cacao et les oranges.

Cependant, la zone habitée par l’ethnie a recours à peu de ressources naturelles exploitables mis à part les châtaignes et les cœurs de palmiers. Le problème venant du fait que les colons ont endommagé la forêt et enclenché un processus d’extinction de faune et flore.

Aspects culturels

La culture de ce peuple a souffert de nombreux changements durant la dernière décennie.  Plusieurs ont abandonné la vie d’itinérance qu’ils maintenaient traditionnellement. Les communautés Panoane sont celles qui se sont vues les plus affectées de ces changements en avec celles dans la région de La Paz.

Les Ese Ejja conçoivent quatre dimensions dans leur vision du monde : la première, correspond au monde souterrain, dans lequel vivent des personnes méconnues. La deuxième dimension correspond à notre monde ;  l’avant dernier concerne le Dieu « bon » ou Eyacuiñajji d’où proviennent leurs ancêtres, finalement la racine même de leur civilisation.  Enfin, dans le dernier plan,  se situe les corps célestes avec ses esprits prenant une forme humaine. De nos jours, la présence de l’Eglise Catholique et Evangélique influencent le domaine sanitaire et l’éducatif. Quant à ses mythes, ils sont associés à chaque catégorie naturelle ou culturelle de la tribu, par exemple, Edosiquiana, créateur des animaux et des plantes accomplissant une fonction de médiateur et cherchant l’équilibre de son énergie entre l’humanité et la nature.

Economie

L’économie du peuple indigène se base sur la cueillette, la pêche et la chasse

Due à la richesse des espèces se trouvant dans des fleuves, étangs et lagune : la pêche s’est convertie en la plus importante source alimentaire. Pendant, la saison sèche, elle se réalise dans les étangs et lagunes, et durant la saison des pluies, elle se fait dans les fleuves en utilisant des instruments comme la flèche et l’arc, le harpon, l’hameçon et carabine.

Langue

L’expression de la langue se situe dans les régions de La paz, Beni y Oando. De plus, il est divisé en deux groupes différents. Le premier, le groupe Quijati, basé autour de la région de Riberalta. Deuxièmement, le groupe Hepahuatahe qui se concentre dans la région de Rurenabaque. Nous découvrons toujours des variations et dialectes à l’intérieur de cette même langue et encore plus parmi les descendants boliviens et péruviens.

mère – enaese

père- Chii

son – Bacua

pluie/ eau – Ena

arbre – Acui

maison- Equi

amaque – Quibi

chat- Michi

cheval – Mona

poulet- Cachina

nourriture – Bobi

tête – Esapa

dent – Ese

main – Eme